Occupons Montréal : où en sommes-nous ?

Du Journal Alternatives

Tout a commencé le 15 octobre dernier, en plein quartier international de Montréal. Cette journée-là, la statue de la reine Victoria à la Place des peuples changea d’allure. Drapeau des patriotes à la main, elle devint le symbole d’une occupation qui allait durer plus d’un mois : celle du mouvement Occupons Montréal. C’est un réel campement urbain qui prit alors place avec près de 250 tentes abritant 400 personnes. Cet été, le combat continue.

Le choix du lieu par les membres d’Occupons Montréal a été stratégique. Du moins, le fait que le quartier des affaires soit envahi par des représentants du 99% allait sans aucun doute créer un contraste intéressant. Cette année, les membres d’Occupons Montréal misent sur une tactique plus événementielle. Ainsi, des activités de jour ont été organisées du 12 au 15 mai dernier au Square Victoria dans le but de faire éclore le mouvement pour une deuxième année consécutive.

Une approche différente

L’idée d’un campement est abandonnée pour cette année. S’exprimant sur cette décision, un des membres actif du mouvement rappelle que l’établissement d’un campement urbain demandait des efforts et des ressources considérables : « on a tiré des leçons de l’occupation d’automne. Les nuits ont été très difficiles à organiser. On investit maintenant notre énergie davantage dans l’encouragement de la convergence des luttes, contrairement à l’automne dernier où l’on a investi de l’énergie dans la gestion du mouvement Occupy ». Une tente « hôpital », des toilettes, une cuisine, un système de lavement de vaisselle, un centre de dons et même une sorte de garderie étaient alors sur pied.

Lire la suite ici

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>